Uncategorized

Des jours et des lunes – 1994

J’ai marché
Des jours et des jours
Des lunes et des lunes
Je ne me suis arrêté
Malgrè la pluie et le vent
C’est sûrement l’amour
Qui m’a fait mordre le bitume

Je t’ai cherchée
J’ai voulu savoir
Si tu avais un coeur
Trop de curiosité
Qui pourrait dire
De tes rêves et cauchemars
Je n’ai pu trouver
Qu’ironie et rancoeur

Je voulais savoir
Si à vingt ans
Tu croyais toujours à l’amour
Peureuse ou lâche
Ou simplement desillusionée
Je n’ai su….que te maudire

Alors j’ai marché
Des jours et des jours
Des lunes et des lunes
Je ne me suis arrêtée
Malgré la pluie et le vent
C’est sûrement l’amour
Qui m’a fait mordre le bitume
C’est sûrement l’amour
Qui m’a assasinée.

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s