Uncategorized

Sécession – 1995

Aujourd’hui, mon pied gauche, alors que je le nourrissais de crème, me dit: “Aujourd’hui, c’est sécession, révolution. Je me révolte contre ton pied droit, contre son facsisme et despotisme. Je me révolte contre toi, ton autirtarisme. Vingt ans c’est long, je suis toujours aller là ou il voulait aller, je l’ai toujours précédé, on m’a toujours relégué comme second, sans importance, aucune. Je n’étais jamais pris comme appui, toujours lui, ce pied droit, par ci, par la. Il commencait toujours tout, tout tes départs, stopper tous tes arrêts.
Je t’ai laissé le temps de construire ton idéologie, moi la démocratie, c’est mon moto. Mets moi à l’avant, sinon je fais grève, et j’irai voir ailleurs, j’irai chez un Verseay, on dit qu’ils sont gauchers. Je m’échangerai.”
Voici la déclaration, quelque peu maladroite, de mon pied gaughe. Mais quelle surprise de l’entendre parler, balbutier ces mots.

Cependant, je fais depuis, bien plus attention sur quel pied je me lève, lequel je mets en premier quand je marche, monte les escaliers, lequel se reposera, se balancera quand je croise mes jambes. J’ai besoin de mon pied gauche, neglige pendant tant d’années.

Aussi ceci est un avertissement, pour tous les droitiers ou cas ou, un jour, pieds et mains décident de se réunri et de former une ségrégation.

Tant pis pour les retards et les chutes éventuelles, changez vos habitudes.

1995

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s