Uncategorized

Camus – 1997

« Je prends la liberté d’appeller ici suicide philosophique, l’attitude existentielle.”
Le mythe de Sysiphe
Albert Camus
Editions Gallimard 1942

Valeurs innombrables
Pleurs inconsolables
D’une société amorale.

Politiques amorphes
Des grands philosophes.

Plus tard

Je garde mes pages blanches pour mes pensées sanglantes.
Le vent s’engouffre dans le système d’aération.
La rue se tait pour laisser place à l’envolée
Le chat joue, le salon s’adonne au soleil
Mon âme jalouse sa création
Le déjeuner refroidit
Le tramway passe
Un couple s’enlace.

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s