Uncategorized

Merlin – Octobre 1997

Merlin

Il l’enveloppe tous les soirs
De son corps lourd et puissant
Trahie par son désir elle se donne à lui
Son sexe pénétrant lui déchire 
Ses entrailles
Arthur pense à Morgane
Lancelot à Guenièvre
Merlin à Viviane
Les liens et le sang s’enchevêtrent
Dans l’hérédité incestueuse
Du Moyen-Âge.

Octobre 1997

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s