Uncategorized

Retour à New York, Tea and Sympathy, Chelsea 1997

Le décalage horaire met ma logique
à l’epreuve
Tu commences une nouvelle journée
Et moi je ne suis qu’‘hier’.
Je me raccroche aux bribes de conversations
Des tables voisine
Pour arrêter mes pensées.
Tu as hanté mes jours
Et voilà que tu tourmentes mes mots.
La perte est finale, n’est-ce pas?
C’est ‘notre’ petite mort.
Crois-tu que je vais y arriver?
Car même à l’autre bout du monde
Je pense à toi.
Mes yeux se délavent, à nouveau encore.
Mon corps se déforment sans tes caresses
Ma douleur n’a plus de frontières.

New-York, Tea and Sympathy, 1997

Par défaut

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s