Santé

Maladie

Je m’appauvris
Je m’adoucis
Je m’assoupis

J’écris
Je ris

Je détruis
Je survis
Je je je
Suis
Si tourmentée
Si appauvrie
D’énergie
Mal nourris
Je vomis
Je maigris

Corps meurtri
Visage tumifié
Âme ensanglantée
Je m’engage et m’enrage

Embrasse moi
Tiens moi
Supplie moi

Paupières lourdes
Yeux scintillants
Je lutte
Te retrouver
Vous?
Où?

Prends-moi
Serre moi
Etouffe moi
Fais moi oublier
Cette lassitude
Cette habitude
De tout casser.

Roulette russe
Lotterie du bonheur
Ou du malheur
Décision
Jouons
Justification
Toi moi nous
Folie

Ne pas penser
Serre moi
Ecoute moi
Tiens moi
Etouffe moi
Embrasse moi

Mars 2011

Par défaut
Santé

Frayeur de mon corps

Je ne sens plus mes jambes
Le cou raide
La poitrine vide
Des fourmis dans les bras
La tête qui tourne
Le coeur qui bat en chamade
Dans cette nuit noire

Voila mon corps
Epidurale dictee par mon cerveau
Je te réveille
Car ce soir
Je ne me raisonne pas
J’ai besoin de toi

Tu es la
inquiet
Mais tu es la
Toute la nuit
Des que je vire ou volte
Insomnie de mes heures sup
Tu te soucies
Je te rassure

Et je pars te retrouver 
En Italie
Toi si calme
Qui le moment d’un soir
Et d’un regard
M’a etourdie

Je ne sens plus mes jambes
Le cou raide
La poitrine vide
Des fourmis dans le bras
La tete qui tourne
Le coeur en chamade
Dans cette nuit noire

Par défaut
Santé

Assise

Devant cet écran
Hypnotisée
Par l’ordinateur
La tête Qui tourne
Concentration
Au tapis
Je suis étourdie
Seule cachette 
Les toilettes
A nouveau
Lieu de ma fuite
Tête sur les genoux
Confusion
Somatisation
Ou corps
A ce point malfait
Partout
Dans cette université
Rappel
De mes déficiences 
Solitude
Une certitude
A qui avouer
Cette petite déchéance 
Et ces mots
Mantra de ma faiblesse
Amour ou crainte
Prouesse
Amour
Méditation
Visualisation
Imagination
Je prêche
Carl Jung
Alors je choisis
Aimer
Sans crainte
J’aime
Visualiser 
Qu’un sourire
Respendisse
Dans chaques
Cellules
De mon petit corps 
Extasie
Car ces sourires
Me font chavirée
Me font tourner
La tête
Et la
Dans les toilettes
J’essaie 
De retrouver
Mes pieds
Rechercher 
La terre
M’ancrer
Et en un instant
Catholique a cent pour cent
J’implore
La vierge Marie
Tous les archanges
Pour recevoir 
De l’energie
De l’envie
Une attitude
La certitude
Que je ne suis pas une rescapée
Que l’esprit
A conquit…

Par défaut
Santé

Chamboulée

Chamboulée 
Bouleversée
Renversée
Je me réveille
Emmêlée dans les draps
Entortille
Comme mon esprit
Que mon inconscient
A torturé
Cette nuit
J’ai peur
Mon ventre nouée
Je baisse les bras
Malencontreux éveil 
Seule
Un pari
Panique
Je respire
Enveloppée 
dans ce linceul
Drap et broderies
fait a la mains
je referme mes yeux
Les mêmes images
Trahison de mes mots
Trahison de toi dans mon rêve
Cocoon de ce drap
Je suffoque
Je provoque
L’inconscient est au galop
Vient
Quelle cruauté 
C’est malsain
Je suis de trop.

Par défaut
Uncategorized

Ton visage

Ton visage
Est flou
Non définie
Même avec mes lentilles
Je ne peux retrouver
Tes traits

Tout s’est évaporé
Seul l’angoise
Présente, reste
Je ne te vois pas
Vague souvenir
Je me maudis
Je voulais
Me saôuler
De toi
Pour vivre
Resentir
Et me souvenir
À nouveau

Et pourtant
Des éclats de rire
Parsemés de pleurs
L’intensité n’est plus
Qu’à sens unique
Un vague manque
Mais toi
Tu reste hors focus.

Je zoome
Rien
Néant,
Vide

Ton visage
Est flou
Non définie
Même avec mes lentilles
Je ne peux retrouver
Tes traits
Me souvenir

Comment parler
D’amour
Quand un voile
Couvre tout
Ta voix
Tes mots
Tes traits
Sensations
Enfouis
Plus d’empreinte
Plus de preuves.

Par défaut
Uncategorized

Mon amour

Mon amour
Tu te réveilles
Toi celui qui a été
Celui qui sera encore
Peut être
Tes mots
M’adoucissent
Me ralentissent
Je les écoute
Je les lis
Je m’apaise
Cynissisme
Je veux les croire
Mais l’effet est indéniable
Une tranquilité
Craintive
Peur de me reperdre 
Pour un autre carroussel
Mais tu m’as vu
Et pour un moment
Un instant
Je suis belle
Un reflet
dans tes yeux bleus
Tu m’as vu

Moi qui étais
Presque perdue…

Février 2011

Par défaut
Uncategorized

Autre

Autre
Amour 
Personne
Présente
Raccourci
À une attente
Trop longue
Et tortueuse
Obsession
À quoi
Echappatoire
La mort
Idée trop pesante
Et reposante
C’est moi qui te vois
Pour la première fois
Tu me plais
Viens jouer
Me perdre dans cette gaieté
De me savoir
Encore attirante
Séduisante
Plus d’attente 
Plus de présent 
Oublier
Intemporel
De la mort, elle, 
Qui est de l’autre côté
Monumentalement.

Par défaut